WORKSHOP

1 - WORKSHOP "QUELQUES JOURS AVANT OU APRÈS LA FIN DU MONDE"

Atelier de création pour l’élaboration d’un opéra vidéo et musiques improvisées

Quelques jours avant (ou après) la fin du monde

3 - 9 août / Château de Faverolles / Haute-Marne

Mathieu Sanchez & Sébastien Maillet.

 

C’est en 2012, lors de la création de la performance "Quelques jours avant ou après la fin du monde" que Mathieu Sanchez et Sébastien Maillet mettent en commun pour la première fois leurs envies artistiques. De leur sensibilité naît une œuvre conçue comme un théâtre miniature, un monde d’objets, de sons et de matières animés. C’est l’authenticité et la simplicité de leurs propos, mêlant technique et expérimentation combinées à une esthétique fragile et puissante, qui leur permet de gagner l’approbation du public, notamment lors de la "Nuit Blanche" à Paris en 2013.

Souhaitant aller plus en avant dans leur recherche commune, leur nouvelle création "Le Pendule de Mara" les place au cœur même du processus, liés encore plus intimement avec les éléments qu’ils manipulent.

 

Mathieu Sanchez est né en 1972. Il vit et travaille à Paris.

“ Cela fait maintenant 6 ans que je développe un travail centré sur l’utilisation performative et directe de la vidéo, une sorte de cinéma archaïque fabriqué in situ à la vue des spectateurs : filmer et transmettre en temps réel les réactions physiques et chimiques de matières conjuguées à la manipulation d’objets rudimentaires.

Faire apparaître des mondes sensibles, vivants, dramatiques, avec presque rien, des tableaux extatiques émergeant du noir, ou brûlés dans la lumière, dans lesquels il est question de vie, de mort, de dualité, de désir... le but étant, au fil du temps particulier de la performance, d’expérimenter et de faire émerger des relations poétiques entre soi et ces objets/matières.

La question du corps est devenue importante, tout d’abord parce que c’est lui qui transmet le mouvement aux objets et aux matières bien sûr mais aussi aux lumières et à la caméra que je manipule , la respiration, la façon de se déplacer, l’énergie que je donne à mes gestes, la fragilité de l’ensemble contribuent à insuffler l’évidente mais presque invisible humanité qui va rendre sensibles ces scènes de matières mortes.

La question du corps se pose aussi en terme scénique, puisque je manipule à vue, en dessous de l’écran, les spectateurs sont souvent attirés par la corrélation entre me voir manipuler et observer le résultat à l’écran. “

Après une licence de physique, puis diplômé de l’ESEC en cinéma et art vidéo, Mathieu Sanchez se voit confier en 1997 par Pierre Bongiovanni, directeur du CICV Pierre Schaeffer, la conception d’une exposition multimédia internationale. Son travail vidéo s’inscrit rapidement dans l’espace au travers d’installations, mais la rencontre avec le collectif japonais Dumb Type, marque un tournant dans son utilisation du médium image.

En 2000 il crée, avec la chorégraphe Sandrine Bonnet, le groupe Le Chiendent avec lequel il va pouvoir développer un travail vidéo-graphique basé à la fois sur le live (le temps réel), et sur un travail de tournage et post-production 2D-3D.

C’est dans ce contexte scénique et performatif que l’aspect raw live du travail vidéo de Mathieu Sanchez va définitivement émerger. Aujourd’hui il collabore à la nouvelle création de la Cie SoundTrack avec Patricia Dallio et termine un film réalisé au sein de la communauté aborigène à Taïwan en décembre 2013.

 

Sébastien Maillet est né en 1974. Il vit et travaille à Paris.

Après avoir accompagné des musiciens et des artistes de la performance, des arts visuels et des arts plastiques, tour à tour violoniste sur scène et en studio, musicien, performeur, compositeur pour l’image, les arts plastiques et le spectacle vivant, Sébastien Maillet continu de développer son art.

Violoniste Multimédia, sa recherche musicale est fondamentalement expérimentale. Elle invite à des réflexions sur les synapses existantes entre la technologie,

l’art et la communication.

Violoniste performeur et compositeur électroacousticien, Sébastien Maillet est initié à la musique par son grand-père violoniste, Pierre Maillet.

Après des études de violon classique au CNR de Créteil, il s’oriente rapidement vers les musiques improvisées que lui enseigne le violoniste Didier Lockwood.

Ayant grandi entre les « Revox » et autres synthétiseurs analogiques que manipule son père, Sébastien reste plus attaché au « son » qu’à la note et décide d’étudier la musique concrète en compagnie du compositeur et électroacousticien Nicolas Vérin.

Aujourd’hui, Sébastien Maillet joue une musique mixte, urbaine, sensible, en évolution constante pour laquelle il confectionne ses propres violons aux caractéristiques particulières.

Naturellement attiré par les arts visuels et plus particulièrement par la vidéo, qu’il expérimente également, Sébastien conçoit la musique comme un flux en lien étroit avec d’autres types de flux. C’est ainsi qu’il compose la plus part du temps en empruntant les passerelles existantes entre l’image et le son.

Cherchant à développer le concept d’une démarche de création audiovisuelle, mi-écrite, mi-improvisée destinée à être jouée en publique sous la forme d’une œuvre de proximité itinérante, c’est suite à la rencontre entre l’artiste vidéaste Mathieu Sanchez et le violoniste électroacousticien Sébastien Maillet que débute l’élaboration de leur première pièce « Quelques jours avant (ou après) la fin du monde... ».

 

L’atelier de création

Cet atelier réunira 12 personnes désireuses d’approfondir les potentialités de la performance avec les images, les sons et les corps.

- durée : du 3 au 9 août, avec présentation publique de l’atelier le 9 août à 20h

- lieu : Château de Faverolles

- modalités de participation : inscription gratuite, repas et l’hébergement au Château de Faverolles

(Chambres 2 lits)

 

Contacts :

- Pierre Bongiovanni (contactlaurentine@googlemail.com)

- Mathieu Sanchez (msanchez.mov@gmail.com)

- Sébastien Maillet (sebastienmaillet@neuf.fr)

Merci de nous indiquer vos impératifs alimentaires

Co-production Château de Faverolles / Maison Laurentine / Templa Coeli